Une journée à La Feuillade...

barking

Vous pouvez cliquer sur l’une des dates pour aller directement à cet endroit dans la page !
J’ai ajouté ça, la page devenant très longue…

> Aller directement aux commentaires <

Notre histoire en quelques chiffres :

0
Ans
0
Propriétaires de chiens bruyants*
0
Main courante
0
Plaintes
0
Cameras / micros
0
Ordinateurs
0
Enregistrements côté cour**
0
Enregistrements côté jardin**
0
Go de données côté cour
0
Go de données côté jardin

Accès protégé par mot de passe, me le demander directement.

Accès protégé par mot de passe, me le demander directement.

*13 chiens répartis en 9 foyers, seuls 2 (parfois 3) foyers sont concernés par les enregistrements, les autres chiens sont dits « indirects ».
**Le nombre d’enregistrements ne tient pas compte de tous les fichiers non triés. Ceux-ci, innombrables pour le moment, sont archivés parmi plein d’autres enregistrements qui n’ont rien à voir avec les chiens (motos, tondeuses, avions, orages ou rafales de vent, etc…).
Les enregistrements n’ont commencé que fin août 2019 !

Voici notre histoire...

A force d’évoquer les nuisances auxquelles nous faisons face dans notre quartier, nos voisins et nous, je me résigne à créer cette page dans laquelle vous trouverez deux vidéos qui vous permettront surement de prendre toute la dimension du problème.

Cette page ainsi que les vidéos sont privées. Seules les personnes disposant du lien peuvent les consulter, et personne ne peut tomber dessus par hasard. Je n’ai pas mis de mots clés pour cette page, pour retarder les robots Google qui indexent les pages. Je vérifierai régulièrement que la page ne ressort pas dans une recherche Google et si tel est le cas, je changerai son adresse.

Il est bien évident que les vidéos réalisées respectent la protection de la vie privée, comme mentionné sur le site de la CNIL. (<- cliquez pour consulter)
La gendarmerie, contactée, approuve aussi mes méthodes d’enregistrement. Je peux aussi fournir le protocole d’enregistrement (ainsi que les statistiques détaillées) à quiconque en fera la demande.
Voici aussi des précisions concernant la notion de nuisances sonores : > cliquez ici <

La vidéo résume en plus d’une heure (tout de même !) la journée du 19/02/2020.
Il faut savoir que le dispositif d’enregistrement est en place depuis la fin du mois d’août 2019, et que sur la période du 1er sept au 30 nov, plus de 2000 enregistrements ont été effectués. 😮 Je viens de calculer que cela représente 13 heures et demi d’aboiements !
Depuis, l’enregistrement continue, mais je ne trie plus les vidéos, c’est d’une part éprouvant, d’autre part chronophage, et j’ai surtout d’autres choses à faire…🙄

Nous subissons ces gênes depuis que nous habitons le quartier, soit un peu plus de 5 ans. Des gênes similaires (mais chez d’autres propriétaires de chiens) ont été amoindries voire supprimées totalement suite aux discussions avec les intéressés qui (eux) ont tenté et réussi des choses pour améliorer le confort de tous.
Mais il subsiste ce « noyau dur », pour lequel les vidéos suivantes sont très parlantes. 😐

Je précise que ces vidéos ont été faites un jour particulier, puisque qu’un second chien à fait son entrée 😞 (ça arrive parfois, notamment pendant les vacances scolaires), et que les maîtres étaient (a priori) chez eux et avaient donc la possibilité de faire taire les chiens. Le reste du temps, les nuisances ne sont pas aussi nombreuses, certes, mais n’en demeurent tout de même pas moins très gênantes. Comme dit ci-dessus, je dispose des vidéos tournées depuis plus de 6 mois bientôt 1 an pour vous permettre de le constater, si nécessaire.
J’ai mis en place ce système d’enregistrement suite aux proportions qu’a pris cette histoire, puisque suite à une énième tentative de notre part de régler ce problème à l’amiable, et malgré l’intervention de la mairie en tant que médiatrice, le ton est monté et le dialogue est maintenant rompu.

Nos parents ont un chien, nos grands parents avaient des chiens, à la ferme. J’ai connu le monde rural, je sais que nous sommes à la campagne, dans une petite bourgade de moins de 1000 habitants. Mais je sais encore faire la différence entre un chien qui aboie de temps en temps sur quelque chose de suspect, et un chien qui aboie sur ses propres maîtres dès qu’ils bougent un orteil (ou qui aboie/hurle d’ennui quand il est laissé seul plusieurs semaines car ses maîtres partent en vacances sans lui, avec juste quelqu’un qui passe lui ouvrir le matin, lui donner sa ration, et le refermer le soir).

Je ne nomme ni n’accuse personne sur cette page (pour le moment, le contexte d’élection municipales faisant)(Ce n’est plus le cas depuis juillet 2020 pour des raisons de compréhension, mais la page est encore privée :), le problème est déjà connu de beaucoup de personnes. Cette page a pour vocation de permettre à celles et ceux qui la verront de mieux se rendre compte de la gêne que nous subissons, car nous avons parfois l’impression de passer pour des affabulateurs ou de nous acharner sur ces personnes et que nous focalisons inutilement.
Nos familles, amis, propriétaires, médecins, employeurs, etc… tous ceux qui ne vivent pas ici mais qui voient dans quel état d’énervement et d’épuisement nous sommes, peuvent maintenant se rendre compte.

Je précise aussi que ne suis en rien responsable du partage de l’adresse de cette page ; pour ma part je ne la confie qu’aux personnes ayant eu connaissance du problème, ou qui sont intervenues dans la tentative de résolution de celui-ci. Je ne l’envoie pas pour le moment aux intéressés, compte tenu du contexte municipal actuel. Je ne pourrai être tenu responsable d’une mauvaise utilisation de cette page, si son adresse venait à « fuiter ». Aussi, je me réserve le droit de modification de tout ou partie de cette page, de son accès ou de son existence, dans le cas où les choses viendraient à déraper. Je rappelle que ce n’est pas le but ! J’assume entièrement ce qui est dit ici, et même si je viens à désactiver l’accès à cette page, j’en garderai une copie pour prouver ma bonne foi. Je sais que certains n’hésiteront pas à l’imprimer…
Toute modification apportée, ou suppression de contenu, sera accompagnée d’une explication, de façon à vous informer de la raison de ces modifications… Je resterai transparent par rapport à cette histoire.

Cette page sera mise à jour en fonction de l’évolution des choses, et pourquoi pas rendue publique : (elle pourrait déjà l’être étant donné qu’elle n’est ni nominative, ni diffamatoire et que toutes les règles de droit à l’image et de propriété individuelles sont respectées, mais encore une fois, dans le but d’arrondir les angles, je ne rajoute pas d’huile sur le feu).
(ce n’est plus le cas depuis juillet 2020 pour des raisons de compréhension, mais la page est encore privée).

Et puisque j’évoque la notion de « diffamation », voici ce que dit le dictionnaire :
DÉFINITIONS
Diffamer (bas latin diffamare, de fama, réputation)
« Chercher à perdre quelqu’un de réputation en lui imputant un fait qui porte atteinte à son honneur, à sa considération. »

Pour ma part, je ne fais ici que coucher par écrit ce que tout le monde constate (c’est confirmé par la gendarmerie).
Je ne pense pas pouvoir être tenu responsable de propos diffamatoires, car ce n’est pas le but. Mais là je m’engage dans des considérations que je ne maitrise pas. Si cette page est considérée comme diffamatoire, alors je la modifierai en conséquence.

Pour en revenir à la vidéo, vous noterez l’invité surprise qui nous fait l’honneur de passer nous voir vers 18H16 (soit à 46 minutes 30 sec de la vidéo).
Il s’agit du chien « en vacances »… L’herbe a l’air plus douce chez nous, pour y faire ses besoins… 💩
Je le chasse de chez nous sur la deuxième vidéo… sachez que j’ai déjà vu ce même chien aux trousses de notre chat, lequel a fini en haut d’un arbre le reste de l’après-midi… Oui, nous avons un chat ! Car oui, nous aimons les animaux…

Je laisse l’espace commentaires ci-dessous ouvert, et l’anonymat des personnes qui le souhaitent peut être obtenu en entrant un faux nom. Vos données resteront confidentielles, comme le stipule la RGPD (<- cliquez pour ouvrir). Seul votre nom apparaîtra, pas votre e-mail.

Tous les commentaires seront modérés avant d’être publiés, que ce soit sur cette page, ou sous les vidéos YouTube.
Je me réserve le droit de supprimer/ne pas publier des commentaires déplacés, inappropriés, accusateurs ou insultants.
 (Sauf s’ils me sont destinés, j’assume totalement cette page, et mes propos). Ce n’est pas le but de cette page, et puis, après tout, c’est mon site…  😂

Vous pouvez maintenant aller vous faire votre propre avis, les vidéos sont juste dessous ! ⬇⬇⬇

Bon visionnage (si je puis dire) et bon courage si vous regardez la vidéo en entier 🙄😆 (je vous le déconseille, c’est pas bon pour les nerfs 🤣).

Voiture électrique : voiture silencieuse ? 🤔

Pour celles et ceux qui auront la curiosité de parcourir les autres pages du site, sachez que les travaux qui y sont réalisés proviennent de mon labo, dont la porte fenêtre et le balcon donnent directement sur les nuisances. 🤔😕
Imaginez devoir se concentrer dans de telles conditions…

Avril 2020

Les élections municipales sont passées ! 😅

Cette fois, adieu le politiquement correct et les paraphrases…
Le sarcasme sera de mise, ainsi qu’un ton franc et direct.
Plus question de ronger notre frein et faire en sorte de ne froisser personne, et voici pourquoi…
Bonne lecture, vos efforts seront récompensés par une vidéo « humoristique » pour donner une dimension moins pesante au problème…

Liste des intervenants :

  • Nous : Amandine & Guillaume, 6 lot La Garenne Haute
  • Nos voisins mitoyens : Aurore & Julien, 6 bis (partis depuis)
  • Côté cour, voisins d’en face : Mireille & Alain Van Weydevelt, chien YAGO, n°14
  • Côté cour, à côté de M. et Mme Van Weydevelt : famille chien NOISETTE, n°12b
  • Côté jardin, famille Lemoine, chiens ELIOTT, LUCKY & NALA, n°22 route de Bellevue
  • Monsieur le Maire
  • Monsieur Lalanne, gendarmerie de Terrasson, référent pour la commune de La Feuillade
  • Contact pris avec le service de médiation de Sarlat (Monsieur Jaussaud)

Pour voir la vue aérienne de la répartition canine autour de chez nous ainsi que la répartition géographique des intervenants,
cliquez sur le bouton ci-dessous :
(cette carte ne fonctionne pour le moment que sur ordinateur, elle est privée et seulement accessible depuis cette page)

Ce n'est plus qu'une simple histoire de chiens...

Nous étions loin de nous douter de ce qui nous attendait en venant habiter à La Feuillade… Nous avons fait ce choix stratégiquement, travaillant respectivement à Terrasson et Brive.
Tout semblait parfait : village accueillant, commodités à proximité, une impasse avec conséquemment peu de passage… La maison de nos rêves !
De nature discrète, nous n’entamons pas de relations particulières avec le voisinage, si ce n’est des salutations courtoises, ou des signes de la main… Rien de plus, mais au moins le nécessaire pour ne pas paraître pour de parfaits rustres…

Nous avons remarqué dès la visite de la maison la présence canine, juste en face. Nous nous sommes dit que comme tous les chiens, il devait être à l’affût de notre véhicule, jusqu’alors inconnu. Mais étant dans un quartier a priori calme et accueillant, nous avons pensé que ce chien s’habituerait vite à notre présence.
Effectivement ! Ce chien, qui est loin d’être bête (ni méchant d’ailleurs), a vite compris que nos voitures allaient circuler ici de manière régulière, et n’y a vite plus fait attention. Ouf !!!
C’était un mois de décembre, nous avons commencé notre petite vie discrète au début de l’hiver. Une vie alors parfaite.

Le printemps et les beaux jours revenant, nous découvrons notre lotissement qui s’anime, progressivement. Le ballet des tondeuses commence, les premières odeurs de fumée de barbecue se font sentir… Nous croisons de plus en plus de visages qui nous deviennent familiers : nous habitons le quartier et nous y sentons bien.
Il y a bien ce petit chien, côté jardin, qui hurle à la mort tant que ses maîtres sont au travail… Renseignement pris, il s’agit d’un vieux chien, souffrant de divers maux… nous ne disons rien car ayant à peu près le même rythme de travail, nous ne sommes pas si gênés que ça…
Il a fini par se taire et nous avons compris que nous ne l’entendrions plus. Nous avons alors pensé à leurs maîtres, certainement très tristes de l’avoir perdu définitivement.

Un changement dans ma vie m’a ensuite obligé à travailler de chez moi. C’est alors que j’ai commencé à déchanter…

Côté jardin, 2 chiens aboient de temps en temps, mais je remarque que leurs maîtres les font taire.
Côté cour, je constate que le chien que nous avions remarqué lors de notre aménagement est finalement un peu « seul », et aboie régulièrement sur tout ce qui bouge (un chat, un autre chien en laisse, un véhicule inhabituel, ou tout simplement d’ennui…).
J’arrive encore à travailler, étant très occupé ; je concentre mon esprit sur mes travaux, et je ne me rends pas compte que les gênes sont pourtant bien là, s’insinuant progressivement et insidieusement dans mon esprit et mon quotidien.

Je constate aussi que, côté cour, nos voisins d’en face, Mireille & Alain, n’hésitent pas à partir en vacances plusieurs semaines, en laissant leur chien chez eux !!! D’autres voisins, sympathiques, se voient à chaque fois confiés la tâche de venir lui ouvrir le matin, lui donner sa ration, et le fermer le soir. Le chien reste SEUL toute la journée, des semaines durant. (On devine aisément pourquoi il hurle à chaque fois que ses propriétaires partent ne serait-ce que pour faire une course ou aller au travail…). Donc : pendant que eux voient du pays et profitent d’un repos certainement bien mérité, nous devons supporter leur chien qui gueule d’ennui sous nos fenêtres…

Arrive alors cet été 2018, avec l’arrivée côté jardin d’un 3ième chien, complètement débile. Celui-ci est survolté, aboie de manière extrêmement stressante à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit… Ce nouveau chien entraîne avec lui les 2 autres qui jusque là étaient « supportables ». La gêne est devenue telle qu’il me fallait quitter mon domicile pour pouvoir reprendre mon calme. J’ai finalement pu interpeller les propriétaires de ces chiens pour leur exposer la gêne à laquelle nous faisions face : ignorant que leurs chiens se comportaient ainsi pendant leur absence, ils ont aussitôt mis en place des mesures tout aussi discutables que leurs résultats, mais ils ont en tout cas fait preuve d’écoute et essaient de trouver des solutions. C’est ce moment qui apparaît en premier dans la vidéo ci-dessous. Il va de soi que ces 3 chiens aboyant sans cesse, se voyaient donner la réponse par celui d’en face de chez nous, côté cour… Nous sommes cernés ! D’autant qu’à côté de celui d’en face vient de s’en ajouter un autre !!! Une maison en location accueille maintenant une famille avec un chien fugueur et bruyant… (bienvenue Noisette !)😣 😥 😫 😔. Nous sommes acculés !

Profitant que celui-ci viennent nous voir pour nous demander un service (que nous lui avons rendu), nous profitons de parler enfin à notre voisin d’en face, Alain Van Weydevelt, des nuisances de son chien (côté cour, donc). C’est là que nous avons compris que nous n’obtiendrions rien de sa part : obtus et grognon, il nous rétorque que si son chien aboie, c’est la faute des autres chiens, des chats qui passent, des voitures… enfin la faute de tout le monde sauf la sienne. Alors que je lui dis avoir  constaté que leur chien hurle à chaque fois qu’ils prennent leur voiture électrique (ou leur camping-car) pour partir de chez eux, il me rétorque simplement que c’est faux. Je lui expose donc sarcastiquement qu’il est tout à fait regrettable d’avoir opté pour une voiture électrique (donc « silencieuse ») et de déranger tout le quartier à chaque fois qu’ils s’en servent… La discussion n’aura duré que 5 minutes tout au plus, mais face aux évidences et manquant d’arguments, Monsieur notre voisin tourne les talons et s’en va : le dialogue est rompu.

L’hiver passant, nous prenons notre mal en patience en espérant que la discussion aura peut être permis à notre voisin de se remettre en question. (rétrospectivement, je me rends compte que c’était très utopique, ayant depuis pu découvrir un peu mieux le(s) personnage(s)).

Les beaux jours revenant tranquillement, nous pouvons à nouveau profiter de nos extérieurs, et les chiens aussi…
En ce mois d’avril 2019, un samedi matin (07h00), côté jardin, les 3 chiens ont été insupportables, au point que ma compagne, excédée, s’est levée d’un bond, résolue à aller parler aux voisins. Je l’ai suivie en emportant un papier et un stylo. Il aura fallu pas moins de 20 minutes pour que quelqu’un daigne venir ouvrir alors que nous tambourinions à la porte. J’étais en train d’écrire un mot à leur laisser quand nous avons entendu du bruit à l’intérieur : nous avons sonné à nouveau et la fille du couple a fini par ouvrir, à peine réveillée. Nous lui avons expliqué la gêne, tendu notre papier sur lequel nous avions noté nos coordonnées et elle nous a dit qu’elle en parlerait à ses parents. Elle nous a aussi dit que nous n’étions pas les seuls à nous plaindre, et qu’ils recevaient même des mots anonymes dans leur boîte aux lettres ! Pour notre part, nous avons toujours tenté d’avoir une discussion assumée et avons toujours été transparents sur notre adresse et coordonnées. En même temps, on est voisins… ils savent où nous trouver. Suite à cette discussion avec la jeune fille, personne n’est venu (ou ne nous a contacté) pour discuter de tout ça, ni pour présenter une quelconque excuse.
Nous avons constaté une amélioration (côté jardin), et avons alors choisi de leur laisser le temps que tout rentre dans l’ordre (nous sommes aussi conscients que nous ne pouvons demander à quiconque une résolution immédiate de ce genre de problème).
Depuis, les chiens aboient de temps en temps (première gêne), quelqu’un intervient en les interpellant d’un ton autoritaire par leur nom (deuxième gêne)… et ce plusieurs dizaines de fois par jour. La nuit, les chiens sont enfermés dans le garage, mais leurs aboiements nous réveillent quand même. A se demander comment ces propriétaires de chiens font, eux, pour dormir…

Pour la bonne compréhension de la suite, il est utile de savoir que nous connaissions La Feuillade, et notamment ce quartier, car celui-ci comporte plusieurs maisons en location. Bien avant de venir y habiter, nous avions déjà l’occasion de venir de temps en temps chez divers amis, locataires de ces maisons et dont certains avaient des enfants scolarisés à l’école de La Feuillade. Et la directrice de l’école de La Feuillade, c’est Mireille Van Weydevelt…
Depuis que nous habitons ici, nous avons eu l’occasion de leur parler de nos gênes. Quelle ne fût pas notre surprise d’apprendre qu’avant d’avoir ce chien, nos voisins d’en face, Mireille & Alain, en avaient eu un autre, très bruyant lui aussi, qui a très malheureusement été EMPOISONNE pour des raisons qui restent visiblement obscures. Etait-ce pour les nuisances ? Etait-ce en rapport avec les propriétaires ? Toutes les hypothèses sont envisageables. Mais ce qui est tristement regrettable, c’est que c’est le chien qui a trinqué du mauvais comportement de ses maîtres, et que ceux-ci n’en ont pas retenu de leçon.

"La descente aux enfers..."

C’est l’été 2019 que tout a basculé… (documents et sources ci-dessous, sous la vidéo)

Côté jardin, la gêne persiste, mais nous n’intervenons plus car les propriétaires des chiens tentent d’améliorer la situation, ce qui est tout à leur honneur. Ce n’est pas suffisant, mais ils essaient. On a su entre-temps que le 3ième chien n’est pas le leur, mais celui du fils, alors revenu habiter chez ses parents. Visiblement, là où il habitait avant, le chien gênait… 🙄  Déplacer un problème, ce n’est pas le résoudre…

Par contre, côté cour… 😣
Nos voisins mitoyens (Aurore & Julien), fraîchement arrivés (avril 2019), interviennent à leur tour. Lui fait les 3/8 à la SNCF et est responsable de la gestion des trains en gare ; elle entreprend d’établir son cabinet libéral. Il est donc (d’autant plus !) normal que chacun puisse dormir correctement, au vu des horaires décalés et des responsabilités en jeu. A la première tentative de discussion avec notre voisin, celui-ci se braque et évoque les mêmes raisons qu’à moi quelques mois plus tôt : trop de chats, d’autres chiens, de véhicules… il ne se sent pas concerné et pire même, évoque que son chien est utile car il dissuade les cambrioleurs… La mauvaise foi dans toute sa splendeur… Une fois de plus, le dialogue se rompt, mais la gêne persiste.

Nos voisins mitoyens et nous, nous serrons les coudes et confrontons nos points de vue : il est évident que rien ne changera tant ce voisin est borné.

Fin août… les voisins d’en face sont en vacances et profitent certainement d’un verre en terrasse, ou d’un joli coucher de soleil… Pendant ce temps, leur chien gueule sous nos fenêtres…
Mais surprise : leur fils vient occuper la maison, pendant leur absence, avec son propre chien, encore plus bruyant que l’autre…
Je me rends à la mairie pour rencontrer monsieur le Maire. Absent, celui-ci me recontacte le jour même pour me donner un rendez vous dès le lendemain. Je préviens nos voisins mitoyens : Aurore, disponible, m’accompagnera.

  • Mardi 20 août 2019, 09h00
    Nous rencontrons monsieur le Maire. Celui-ci, compréhensif, nous indique qu’il ira rencontrer les divers propriétaires de chiens pour tenter de résoudre la situation.
  • Mardi 20 août 2019, 20h00
    Julien, ne pouvant dormir alors qu’il doit embaucher à 3h du matin, va à la rencontre du fils, en face, pour lui demander de faire cesser les aboiements. Lequel n’a pas fait taire les chiens, sous couvert qu’il n’était pas 22 heures, et qu’il habite le quartier depuis plus longtemps. ( ??? )
    Gênés aussi, nous sortons et nous retrouvons tous les 4 face au fils et tentons d’entamer un dialogue avec lui. A notre grande surprise, celui-ci nous a délibérément ignorés ! Dans un état de nerfs et de fatigue avancée, j’ai pété les plombs et me suis mis à l’insulter, le provoquer, pour avoir cette discussion que nous voulions (j’avoue, c’était pas une bonne idée… ce sont mes nerfs qui parlaient). Il nous a regardé béatement, puis a fermé les volets roulants de la maison, en laissant les chiens à l’extérieur, excités par nos cris et aboyant plus que jamais. J’ai appelé la gendarmerie qui n’est pas venue, et Aurore, notre voisine, a prévenu le Maire de ce qu’il venait de se passer.
  • Mercredi 21 août 2019
    Nous nous rendons tous les 3 (Aurore, Julien et moi) signaler les faits et déposer une main courante. Le gendarme qui nous a reçu nous a indiqué qu’une patrouille passerait chez nos voisins d’en face, ce qui n’a pas été le cas.
  •  Dimanche 25 août 2019
    Nos voisins rentrent de vacances, leur fils est toujours là. Les 2 hommes étant à l’extérieur de leur maison, nous nous approchons pour tenter une nouvelle fois d’entamer une discussion et expliquer au père ce qu’il s’était passé quelque jours plus tôt. Aurore et Julien nous rejoignent, nous essayons une nouvelle fois, calmement, d’expliquer les gênes. Le ton monte très vite : le fils nous insulte, Julien et moi, devant son père et nos compagnes. Il promet même de sortir dans la rue pour nous « casser la gueule », ce qu’il s’abstient de faire. Le dialogue est à nouveau rompu, et à ce moment là, Mme notre voisine revient de je ne sais où en voiture. Elle se gare un peu plus loin, je vais à sa rencontre espérant trouver auprès de cette femme une oreille plus attentive (car justement, une femme (généralement) rentre moins dans les conflits avec les hommes, et surtout, cette femme est la directrice de l’école de notre village : j’imagine une personne ouverte d’esprit, compréhensive, civique, intelligente, avec laquelle nous pourrions au moins discuter. Je lui dis rapidement qu’il est impossible de s’adresser à son mari (et leur fils) sans rentrer en conflit, et qu’il serait bénéfique de trouver une issue (amiable encore une fois) à tout ça, calmement, et lui propose de passer chez nous le lendemain. Elle semblait d’accord, mais n’est jamais venue…
    Leur fils, pendant que nous étions tous les 4 encore dans la rue, n’hésite pas à dire bien fort à ses parents que « des gens comme ça, ils faut les remettre à leur place ». Ces mots raisonnent encore dans ma tête… Visiblement, le souci de l’autre, l’empathie, la remise en question et le civisme ne se transmet pas de génération en génération, en tout cas pas dans cette famille… Devant ces évidences , comment nier qu’à chaque fois ils sont à l’origine même du conflit et qu’il ne tient qu’à eux de le résoudre ? Ils ont de la chance que nous leur laissions encore le moyen/temps de se rattraper, d’autres auraient perdu patience bien plus tôt…
  • Courant de semaine suivante…
    Monsieur le Maire nous confirme avoir parlé avec la directrice de l’école, laquelle lui a répondu qu’elle viendrait se présenter chez nous afin de trouver une solution. Nous l’attendons toujours… et nous comprenons alors que mari et femme sont aussi bornés, têtus et fiers l’un que l’autre.
  • Sept 2019 -> Dec 2019
    J’installe un système de surveillance audio/vidéo et commence à collecter un nombre impressionnant d’enregistrements, le tout dans le respect de la vie privée, tel que mentionné par la CNIL (voir plus haut dans cet article). Il est évident que je tiens à la disposition de quiconque en fera la demande les fichiers enregistrés.
    Décembre 2019 : Julien & Aurore envoient un recommandé au procureur de la république au tribunal de Périgueux. Le courrier a été reçu, mais reste pour le moment sans réponse.
    Depuis janvier 2020, je continue d’enregistrer, mais ne trie plus les vidéos car cela est trop éprouvant et chronophage. Mais je garde tout ça « au chaud », dans le cas où on me le réclamerait.
    Ci-dessous des graphiques répartissant les dates et heures des gênes côté cour.
+ de 0 en 3 mois
Enregistrements d'aboiements répartis sur graphiques :

+ de 2000 en 3 mois

Enregistrements d’aboiements répartis sur graphiques :

Septembre 2019
Octobre 2019
Novembre 2019

Fait tout à fait intéressant : pendant la deuxième semaine des vacances de la Toussaint 2019, nos voisins sont partis en vacances. Du 28 octobre au 3 novembre, donc. En amenant pour une fois leur chien avec eux ! Sur les graphiques ci-dessus, c’est flagrant !
Je crois bien que c’est la semaine la plus calme que nous n’ayons jamais passé chez nous ! 

  • Fin d’année 2019
    Un malheureux événement (la disparition de notre chat) nous amène à faire du porte à porte pour distribuer une petite annonce comprenant sa description et nos coordonnées. Une grande majorité des gens rencontrés, à la vue de notre adresse, comprennent que nous habitons « en face de chez la Directrice »… Parfois, les langues se délient… Beaucoup de choses concordent avec les constats que nous faisons déjà…
    De plus, des bruits de couloir circulent, comme quoi Mme la directrice de l’école souhaite monter sa liste pour les élections municipales de mars 2020 😮 😲
    Elle s’était déjà présentée en 2014, mais sans avoir une liste complète. Ce fut un échec retentissant, récoltant une toute petite poignée de voix. Il fallait du cran pour se présenter à nouveau, et c’est ce qu’elle s’apprête à faire…

Des élections houleuses...

Afin de résumer notre état d’esprit à la réception du « programme » de notre chère voisine dans notre boîte aux lettres (je m’étonne qu’il y ait été mis, d’ailleurs…), voici un email envoyé à monsieur le Maire le 24 février :

Bonjour M. Eymard (M. Julien Pascal en copie)
 
Je me permets de vous envoyer ce mail afin de vous transmettre un lien vers mon site, sur lequel j’ai créé une page privée.
Cette page n’a pas pour but de convaincre quiconque, mais bien de permettre de mieux se rendre compte des nuisances auxquelles nous faisons (difficilement) face.
Cette page va aussi servir à appuyer la plainte que nos voisins ont posée, ainsi que celle que je m’apprête à poser aussi.
Rien n’évolue, ça en devient même de la provocation (c’est en tout cas comme ça que nous le vivons).
 
Je suis très partagé quant à la situation : il nous serait tout à fait insupportable de voir Mme Van Weydevelt devenir mairesse (ce dont nous doutons évidement), nous trouvons tout à fait inadmissible qu’une personne avec ce comportement ait le droit de se présenter à une telle fonction. Elle est incapable de venir à bout d’un « simple » conflit de voisinage (dont elle est à l’origine !) à l’échelle de son quartier, alors gérer une commune de 800 habitants ? 
Mais je crains aussi que les actions que nous menons à titre privé en tant que voisins soient vues comme des actions visant à entraver sa démarche électorale (ce qui peut effectivement être pris comme tel, bien que nous menons ces actions depuis bien longtemps, bien avant même que nous apprenions avec stupeur qu’elle se présente avec une liste complète). Mais la voir parader et argumenter son programme de « au service pour le bénéfice de tous », « au plus profond de moi ce sens aigu du service pour le bien collectif »,  « un village où il fait bon vivre ensemble », de « civisme, solidarité, humanisme et humilité » nous écœure profondément.
Son attitude, ainsi que celle de son mari et de leur fils me laisse sans voix.
 
Je ne souhaite pour le moment pas rendre cette affaire « publique », et j’en appelle à vos conseils et soutien pour nous aider à supporter cette situation.
Nos voisins mitoyens déménagent, ils n’en peuvent plus. Mais tout ceci affecte bien d’autres personnes qui n’osent se manifester devant ces personnes autoritaires et de mauvaise foi, et dont l’ego surdimensionné les place au dessus de tout.
C’est bien la première fois que j’emploie ces termes à l’écrit, veuillez noter que j’ai bien pris le temps de me relire et que je n’envoie pas ce mail sous le coup de la colère.
J’assume tous ces propos, il est temps de dire tout haut ce que beaucoup de monde pense tout bas.
 
En pièce jointe, l’enregistrement du départ du fils, ce matin, qui prend tout son temps pour gagner sa voiture, et partir doucement. Ou alors quand il fume sa cigarette, dehors, que les chiens aboient et qu’il ne les fait pas taire…  C’est ce genre de comportement que nous prenons comme de la provocation.
 
Plus d’infos sur la page en question :
 
 
Merci de votre compréhension et de votre patience.
 
.Guillaume CLOCHARD.

En réponse à cet email, monsieur le Maire me propose un rdv à la mairie pour débriefer tout ça.

Ce fut une discussion très intéressante ! (vous comprendrez que je ne peux pas retranscrire ici ma perception des propos qu’il m’a tenus, puisque mon interprétation est biaisée du fait du conflit évident qui nous oppose à nos voisins).

Constatons au passage que la première réunion publique de Mme Van Weydevelt s’est tenue le 17 février.
Je dois avouer que depuis début février, il y a eu comme une petite amélioration dans les nuisances, comme si (vu l’enjeu pour elle) il fallait se « tenir a carreau » et ne pas se faire remarquer (ou alors montrer « qu’on fait des efforts »). Malheureusement pour Mme Van Weydevelt, son fils, venu pour les vacances de février, a amené comme à chaque fois son chien. Le résultat est dans la petite vidéo ci-dessus (ainsi que les 2 premières vidéos, plus haut) : c’est tout simplement affligeant de provocation.

Mais revenons à la réunion publique du 17 février…
Nous y sommes allés, ma compagne et moi, ayant en arrière pensée de poser « la question qui fâche » et déstabiliser Mme Van Weydevelt.
Cela n’a pas été la peine : celle-ci n’a eu besoin de personne pour se décrédibiliser toute seule… Accueillis d’un ton militaire et autoritaire, l’assemblée (ainsi que les colistiers) s’est retrouvée béate et une gêne évidente planait (j’ai même bien cru qu’à un moment nous allions nous faire engueuler d’être venus !). Deux colistiers ont pris parfois la parole, la moitié du reste baillait aux corneilles et l’autre moitié se demandait clairement ce qu’elle faisait là… Nous constatons en plus qu’il n’y a pas de programme, il s’agit « juste » d’une réunion pour récolter des avis et des questions ; la réunion « officielle » aura lieu plus tard. A l’annonce du « pot de l’amitié », tout le monde est parti, stupéfait de ce moment gênant et pesant. Je crois bien ne jamais avoir ressenti autant de gêne pour quelqu’un et surtout pour les personnes qu’elle embarque dans son giron : peu populaire, Mme Van Weydevelt a convaincu de la suivre dans cette « aventure » une majorité de jeunes parents, fraîchement arrivés dans la commune, et dont les enfants sont scolarisés… devinez où ?

Le lendemain, Mme Van Weydevelt publiera sur la page Facebook de sa campagne :

Hier présentation de la liste aux habitants qui ont pu se déplacer… un moment nécessaire d’expression démocratique
La prise en compte de l’intérêt de tous nécessitera beaucoup de pédagogie et d’abnégation.
👍 👍

Page Facebook sur laquelle nous pouvons aussi lire : 

Il fallait oser, quand même, poster une telle ineptie… Ce genre de phrase moralisatrice qui laisse penser que Mme Van Weydevelt se considère comme une leader, alors qu’elle a déjà du mal à fédérer sa propre équipe… 🙄

La seconde réunion, la semaine suivante, ne sera pas mieux. Sur 15 personnes de la liste, 9 sont présentes. Mme Van Weydevelt arrive péniblement à excuser les absents, ne se souvenant pas de leurs noms. Ces absents, ayant très certainement une bonne raison de ne pas être là, évitent ainsi une seconde humiliation publique…
A la fin de la réunion, la tension est palpable : monsieur Van Weydevelt, présent cette fois-ci, a une altercation avec un autre monsieur. Le ton monte, j’ai bien cru qu’ils allaient en venir aux mains, alors que la femme du monsieur s’est interposée pour séparer les 2 hommes. 😮

Une fois de plus, nous n’avons pas eu besoin de prononcer un mot, mais je suis certain que notre simple présence (ainsi que celle de certaines autres personnes) aura suffit à déstabiliser, une fois de plus, cette femme qui prétend pouvoir gérer le village. En tout cas, l’impopularité de ces gens est facilement constatable, et les urnes le prouveront…

Pot de l’amitié oblige : tout le monde s’est barré. 🙄

Elections, COVID-19 et gendarmerie...

En cette période particulière d’arrivée du Covid, d’annonce de confinement probable, le taux de participation national aux elections municipales (1er tour) plafonne à 44%, ce qui est très peu.
A La Feuillade, nous pouvons nous enorgueillir d’atteindre 76% de participation, ce qui montre que les habitants se sentent concernés par ce qui se passe dans leur commune et sont prêts à braver un début de pandémie (le fait d’être une toute petite commune a aussi facilité l’application des règles sanitaires). Peut être aussi parce que cette fois-ci, il y avait l’enjeu d’une menace à laquelle il fallait faire barrière (c’est mon interprétation).
Toujours est-il qu’un seul tour aura suffit à évincer Mme Van Weydevelt et sa liste, et c’est tant mieux. A la veille d’un confinement de population, il aurait été difficile d’attendre un second tour tardif pour être fixé sur la question. En tout cas, la défaite est cinglante et sans équivoque : aucune personne de la liste de Mme Van Weydevelt ne passe ce premier tour.

Parallèlement à cela, j’avais rencontré à plusieurs reprises le maire encore en place, eu au téléphone monsieur Lalanne (gendarmerie de Terrasson, référent pour notre commune), ainsi que le service de médiation du palais de justice de Sarlat. Le service de médiation, débordé, ne prend plus de nouveaux dossiers, et la gendarmerie, malgré nos plaintes répétées, ne se sont déplacé qu’une fois, on fait le tour du quartier sans s’arrêter et n’ont conséquemment rien constaté.

Notons au passage que la gendarmerie a bien évidement des choses bien plus importantes et urgentes à traiter que ce genre de problèmes de voisinage. C’est d’ailleurs et aussi la raison pour laquelle nous avons toujours tenté de régler la situation sans avoir recours à eux. Mais la situation a pris de telles proportions que leur intervention devient nécessaire.

Je me décide, une fois les élections passées a enfin aller déposer une plainte quand la France apprend le confinement total de la population… Notre histoire, évidement bien moins importante que la crise sanitaire qui se joue, attendra…

Notons que pendant le confinement, et dans la continuité des élections municipales, le chien des Van Weydevelt a été plutôt calme. En effet, les déplacements étant interdits ou très limités, le chien a eu moins d’occasions d’aboyer sur ses maîtres alors cloués chez eux. Côté jardin, même constat : tout le monde est chez soi, et la vie du quartier est globalement plus calme.  Ouf ! 😅

Mais le confinement a heureusement pris fin, nous avons espéré que cela aura permis à certain(e)s de garder des habitudes qui, finalement, n’avaient pas été si dures à prendre…

Utopie, quand tu nous tiens…🙄 🙄 🙄

Certains jours, ça va a peu près, on se dit que les choses rentrent dans l’ordre… Et le lendemain, c’est de nouveau n’importe quoi et nous sommes réveillés par les aboiements, les subissons de manière tout à fait aléatoire tout au long de la journée…

NOUS N’EN POUVONS PLUS

Nous en rêvons la nuit, nous réveillons au moindre bruit… Parfois l’aboiement qui nous réveille n’a en fait même pas eu lieu… Nous sommes épuisés physiquement et psychologiquement. Nous ne pouvons plus entendre une Renault Zoé sans avoir ces aboiements en tête, et des Zoé, y’en a quelques unes…

Nous allons tenter une dernière discussion avec les propriétaires de chiens côté jardin car eux ont l’air de vouloir arranger les choses et nous ne souhaitons pas les prendre à revers : nous sommes transparents depuis le début et nous ne souhaitons partir au conflit avec personne. En tout cas, avec le moins de personnes possible. Mais si nous portons plainte contre les Van Weydevelt qui ne font rien (ou trop peu), il est évident qu’ils vont tenter de se défendre en évoquant qu’ils ne sont pas les seuls à posséder un chien et vont argumenter en défaveur de l’entourage (ce n’est jamais de leur faute). Ce sont les propos qui m’ont été tenus a chaque fois que j’ai tenté une discussion avec eux…

La plainte à la gendarmerie...

Nous sommes mi-juillet, n’en pouvons plus et devons nous résoudre à faire avancer les choses.

Nos anciens voisins (Aurore & Julien) ont craqué au bout de 11 mois et sont partis (une mutation pro a précipité les choses), les nouveaux voisins qui les remplacent dorénavant commencent déjà à nous évoquer la gêne…

Cette page, qui existe depuis 9 mois, recense les étapes par lesquelles nous sommes passés, ainsi que les résumés des enregistrements qui ont été effectués.

Rien n’est secret, tout est transparent, et même si cette page donne l’impression que nous nous acharnons sur Madame et Monsieur Van Weydevelt (et leur fils, Pierre), il n’en est rien : nous nous acharnons à obtenir le calme auquel quiconque peut prétendre, et il s’avère que seule cette famille ne joue pas le « jeu ».

Evidemment, bon nombre de personnes pourront donner leur point de vue sur la nature et la fréquence des nuisances, d’autant que Mme la Directrice vient de prendre sa retraite… Comprendre par là que maintenant, les langues se délient. Les parents d’enfants scolarisés dans cette école ne risquent plus de se trouver confrontés à elle… ce qui faisait qu’avant, le sujet était « tabou » du fait de son caractère autoritaire.

Notons au passage que la nouvelle municipalité est en place, et que nous avons reçu le premier bulletin municipal dans lequel le nouveau maire (bien entendu au courant de la situation), rappelle toutes les règles de vie civique et citoyenne en terme de nuisances (qu’elles soient de moteurs de tondeuse, de fumées dues au brûlage, de divagation, déjections canines, et aboiements).
Il semblerait que partout ailleurs il y ait un léger mieux, même si nous découvrons de nouveaux comportements : quand un chien gueule, quelqu’un gueule sur le chien. Et rebelote… Mais dans les alentours proches, rien n’a vraiment changé, ou alors nous ne sommes plus assez objectifs, tant nous sommes sur les nerfs…

  • Donc ci-dessous, une petite vidéo récapitulative, montée sur une petite musique « rigolote » pour dédramatiser la chose.
  • Une copie de la main courante posée l’été dernier
  • Une copie du dépôt de plainte de nos anciens voisins (qui n’ont pas de nouvelles pour le moment)
  • Une carte aérienne de la répartition des chiens gênants dans notre quartier
  • Une dernière vidéo vite faite pour illustrer la « qualité » de nos nuits le temps d’un week-end

Nous allons donc porter plainte, fournir cette page en version papier ainsi que son lien pour que les autorités puissent consulter les vidéos.
Nous tenons à disposition de quiconque en fera la demande, les sources de ces fichiers, ainsi que les protocoles d’enregistrement (qui respectent comme je l’ai déjà dit toutes les règles protection de vie privée comme dicté par la CNIL). Les anciennes versions de cette page sont archivées (même si elle n’a fait que s’allonger, et qu’aucun contenu n’a été modifié ni supprimé), les petites modifications ayant été d’ordre orthographique et de tournures de phrases pour une meilleur compréhension.

Je n’ai rien à me reprocher, si ce n’est d’avoir « pété les plombs » face au fils provocateur et de l’avoir insulté. J’aurai préféré que cela n’arrive pas, en tout cas pas en présence de sa fille.
Tout le reste est assumé car véridique, attesté, prouvé, et je peux en débattre avec quiconque me demandera mon point de vue sur la question.

Merci à toutes et tous pour votre patience, votre soutien, votre aide, et d’être à nos côtés pour nous aider dans cette quête à la tranquillité.

L’espace commentaires ci-dessous reste ouvert, vos avis et vos constats sont toujours les bienvenus (je modérerai tous les commentaires inadéquats avant publication).

Et, si par le plus grand de tous les hasards, vous, Madame, Monsieur Van Weydevelt et votre fils Pierre, venez à lire cette page : je vous invite, une fois la bouffée de chaleur dissipée, à venir argumenter votre comportement déplorable dans les commentaires ci-dessous, afin que nous puissions avoir votre point de vue. Là encore, je modérerai tous les propos afin de ne pas tomber dans une séance gratuite de « pugilat numérique »…
Chacun est libre de s’exprimer, et nous vous en avons toujours laissé la possibilité (c’est même ce que nous espérions le plus). 
Vous vous êtes fourrés dans une situation délicate, j’imagine que vous auriez tout imaginé pour la retraite à part un conflit de voisinage.
Nous serions aussi très curieux de recueillir l’avis de Pierre, lui qui a si bien su mettre le feu aux poudres (déformation professionnelle ? 😆).

Oui, je vous provoque, mais ce sera peut être la seule possibilité d’avoir un échange avec vous… 🙄. Nous, on est prêts… On a des arguments, des preuves, et du monde pour nous soutenir…

Allez, à très bientôt et… la bise au chien !😏 🐶

Côté cour : notre salon et mon labo où je travaille. Côté jardin : notre chambre et salle à manger.
Les 10 premières minutes sont commentées, le reste : c’est pour illustrer…

Pour voir la vue aérienne de la répartition canine autour de chez nous, cliquez sur le bouton ci-dessous :
(cette carte ne fonctionne pour le moment que sur ordinateur, elle est privée et seulement accessible depuis cette page)

Petit ajout de dernière minute !

Juillet 2020, cela va bientôt faire 1 an que les caméras sont posées…

Ce week-end, c’était repos !
Enfin, ça, c’est sur le papier…
Cette vidéo illustre tout à fait ce que nous vivons régulièrement.

  • Début de la vidéo, fin de journée le vendredi 03 : le we commence.
  • De 1’50 à 4 minutes : illustration d’une nuit chez nous…
  • Vers 4 minutes : fin de nuit de vendredi à samedi matin… Côté jardin, ça dégénère, tandis que côté cour, Mireille & Alain partent pour le we, en laissant leur chien seul.
  • 5’30 : le chien s’ennuie… aboie sur tout et rien… et entraîne d’autres chiens avec lui.
  • 6’50 : fin de nuit de samedi à dimanche.
  • 9′ et + : Dimanche infernal, et lundi matin en fanfare…

Bon bah... La plainte est posée...😣

Dingue de devoir en arriver là…

23 Juillet 2020 :
Après une énième provocation de la part de Monsieur Van Weydevelt, je tente une nouvelle discussion avec lui (utopie, quand tu nous tiens… 🙄 )… Le ton monte direct, il tente de me frapper (simple tentative d’intimidation😓 ), m’insulte, alors que je garde mon calme. Pourtant très calme devant lui, ma montre connectée enregistrera à ce moment là un pic de rythme cardiaque à 160 BPM ! J’vous assure, c’était pas un bon moment à passer…

24 Juillet 2020 :
2 heures d’entretien à la gendarmerie pour relater les faits, qui tiennent dans 3 pages de plainte et qui reprennent tout depuis le début.

C’est, là encore, éprouvant… Devoir se remémorer tous ces mauvais moments, le lendemain d’une agression physique et orale, ça demande énormément de « self control ». Mais la coupe est pleine, la plainte concerne Alain Van Weydevelt, et mentionne l’attitude de sa femme et son fils.

Je ne sais pas où tout ça va nous amener, mais je sens que l’été va être rythmé…

Comme si j’avais que ça à faire… 😫 😣 😔 😕

Merci d’avance à toutes celles et ceux qui auront la gentillesse de nous soutenir dans cette épreuve.

Stay tuned !

Rétrospective sur la plainte et ce que cela entraine...

Van Weydevelt & Lemoine : un combat similaire...

Pourquoi M. Van Weydevelt a-t-il dépassé les bornes en tentant de me frapper ?
La raison est simple.
Comme évoqué plus haut, en toute fin du paragraphe « Elections, COVID-19 et gendarmerie… », nous avons toujours encouragé les Lemoine à continuer leurs efforts, et n’avons jamais voulu les prendre à revers. Connaissant le tempérament sulfureux de Mme Lemoine, nous avons opté pour la solution suivante :
Le 22 juillet dans l’après midi, nous déposions dans leur boîte  la lettre suivante :

21/07/2020
Madame, Monsieur,
Bonjour,
Nous nous permettons de vous adresser ce courrier afin de vous expliquer la situation à laquelle nous
faisons face.
Nous habitons le quartier depuis bientôt 7 ans, et nous avons eu l’occasion de vous signifier à deux
reprises les gênes que nous rencontrions vis à vis des aboiements de vos chiens.
Vous avez été réceptifs à nos propos, et réactifs en mettant en place de choses pour permettre d’atténuer
les gênes. Nous avons conscience des efforts que vous faites, et ne pouvons qu’approuver le fait que
vous les fassiez (ce qui n’est pas le cas des autres propriétaires de chiens gênants…). En ça, nous ne
pouvons que vous encourager à maintenir ces efforts, car vous êtes les seuls à les faire. Nous notons de
constantes améliorations, et particulièrement ces derniers jours.
Cependant, la gêne globale dans le quartier persiste, et comme tous les autres propriétaires de chiens
vous risquez d’être concernés par des démarches déjà en cours, alors que vous faites des efforts. Nous
aurions donc aimé nous entretenir avec vous très prochainement, afin de vous expliquer les faits et ainsi
ne pas vous prendre par surprise (depuis le début, nous cherchons à arrondir les angles avec tout le
monde ; vous l’avez forcément constaté dans la mesure où nous avons toujours tenter de discuter avant
d’agir). Rassurez vous : à notre connaissance, aucune démarche contre vous n’a été faite.
Aussi, nous vous remercions par avance de bien vouloir nous contacter au 06 33 17 53 75 afin que nous
puissions convenir d’un rdv tous les 4, et ainsi discuter calmement de la situation et vous informer des
choses à savoir.
Et, dans la logique des choses, vous comprendrez que sans réponse de votre part, nous considérerons
cela comme un refus et nous ne pourrons être tenus responsables de ne pas vous avoir prévenus.
Veuillez ne pas douter de notre sincérité : nous voulons vraiment éviter que la situation dérape, mais
nous ne maîtrisons pas tous les paramètres qui interviennent dans cette histoire…
A très bientôt alors,
Bien cordialement,
Vos voisins du n°6 dans l’impasse,
Amandine & Guillaume.

Ayant relevé son courrier le lendemain, au retour de son travail, je n’ai pas été surpris de recevoir un appel de Mme Lemoine.
Là où j’ai été un peu plus surpris, c’est que cet appel, qui a duré une 20aine de minutes, a servi de défouloir à Mme Lemoine, laquelle ne m’a pas laissé la possibilité d’en placer une ! Agressive et fermée à toute discussion, elle tournait en boucle sur des propos qui n’avaient rien avoir avec le fond : cette lettre qu’elle n’avait visiblement pas comprise… Elle me promettait même que sont mari, pourtant « bien plus cool que elle », allait venir m’expliquer le reste… (Je l’attends toujours…). Je me suis fait pourrir pendant 20 minutes, il est vrai que par téléphone c’est plus facile…
Il a fallu que je monte le ton en toute fin de discussion (car je n’arrivais pas à la calmer), pour arriver à lui faire entendre que nous étions de « leur côté », conscients de leurs efforts à faire taire leurs chiens. Elle a fini par dire qu’elle en parlerait à son mari, et qu’elle me rappellerait pour nous dire quand ils passeraient.

Au lieu de ça, le soir venu, je constate alors que j’étais dans mon jardin, que Alain Van Weydevelt revient à pieds de chez les Lemoine (ce n’était encore qu’une supposition). C’est à ce retour qu’il s’est mis à me provoquer, et dans la discussion qui en a suivi, il m’a dit avoir lu « la lettre ». La supposition était donc la bonne ! Les Lemoine, plutôt que choisir d’échanger avec nous, on préféré en parler au principal intéressé ! 😮 😣 🤨 🙄
En tout cas, les Lemoine se sont adressé à Alain Van Wedevelt, pas aux autres propriétaires de chiens… Devons nous y voir une évidence ? 🤔 😏
Celui-ci a forcément mal pris d’être pris à parti par d’autres voisins qui ont certainement évoqué qu’à cause de lui, ils allaient être mouillés dans l’histoire… D’où ses provocations et tentatives d’intimidation, le soir même…

Ayant bien conscience que n’enregistrer les nuisances que d’un côté aurait certainement pu poser problème vue que tout le monde se tire dans les jambes, j’enregistre côté cour ET côté jardin.

Pas de jaloux, et sachez Mme Lemoine que je n’apprécie guère me faire souffler dans les bronches alors même que j’essaie de résoudre les problèmes en voulant vous aider. Vous n’avez pas voulu de mon aide, alors je cesse de vous aider. Et sachez aussi que quand le hasard fait que nous nous croisons dans la rue, ça ne sert à rien de faire semblant de bricoler votre portillon pour éviter qu’une discussion s’engage : je n’ai d’une part plus envie de vous parler, et d’autre part ça ne fait que décrédibiliser votre attitude. 

Donc, disais-je : pas de jaloux.
Cette vidéo concerne vos chiens et celui de votre fils, il faudra bien que vous vous rendiez compte de ce que ça donne de notre point de vue, et que vous vous expliquiez à ce sujet.
Et sans vouloir réclamer, il me semblerait qu’un tout petit minimum d’excuses (sincères j’entends), soient de circonstance…

Uniquement les chiens des Lemoine. Et dire qu’ils font des efforts !
Imaginez ce que ça pouvait être avant… (on en a un apperçu dans la toute première vidéo de cette page)

Edifiant, non ? (Vous noterez que Mme Lemoine intervient (à 11 min 28 de la vidéo) auprès des ses chiens, avec une efficacité redoutable ! -c’est ironique, bien sûr-)
Bah c’est comme ça toutes les nuits. Il a fallu s’en accommoder pendant ces chaudes nuits où nous dormions les fenêtres ouvertes, mais même fenêtres fermées ces chiens nous réveillent…

Une question me turlupine tout de même : comment font-ils, eux, pour dormir ?!?!?

Et eux, quand ils vont apprendre l’existence de cette page et de tous ces enregistrements, vont bien se demander quel genre de « taré » je suis pour faire tout ça et engager ce genre de procédures auprès de la gendarmerie… (ne vous avais-je pas prévenus ? Je vous ai toujours dit que je ne ferai rien par surprise…)
Eh bien sachez que je ne suis pas ce genre de « taré ». Si j’étais vraiment procédurier, je n’aurai pas cherché à discuter, et ça fait 6 ans que la plainte serait posée. Et ces enregistrements, devant la mauvaise foi évidente de certains, devenaient indispensables pour permettre à ceux qui ne vivent pas ici mais qui tentent de nous aider de se rendre compte. Une fois encore : j’ai d’autres choses bien plus importantes et intéressantes à faire, plutôt que trier ces p*tain de vidéos… Oui, je deviens vulgaire… oui : je suis à bout de nerfs !

30 septembre 2020 : la gendarmerie intervient ! 😌

Une nouvelle intervention de la mairie permet de faire un peu avancer les choses : une patrouille est enfin passée, et s’est arrêtée en milieu d’après midi pour faire le point avec moi et tenter de discuter avec le voisinage  (autre que Alain Van Weydevelt). Malheureusement, nous sommes mercredi, et bon nombre de voisins travaillent encore/s’occupent des activités de leurs enfants. Mais le quartier est calme, à ce moment là.

Les gendarmes étaient 3, mais je n’ai conversé qu’avec l’un d’entre eux. La conversation a été intéressante sans pour autant amener de faits nouveaux. Je comprends qu’ils auraient bien aimé discuter avec le voisinage…
Etonnamment, Alain Van Weydevelt qui était alors à l’intérieur de sa maison, sort pour jardiner… Peu  après que les gendarmes m’aient laissé, ceux-ci sont allés à sa rencontre pour lui parler. Bien entendu, le chien est resté calme, aux côtés de son maître.

(…)

Fin de journée, ma compagne rentre du travail et me dit :

Tiens, c’est étonnant, y’a Alain chez les Lemoine !

Eh oui… les gendarmes partis, il n’a pas tardé à lâcher ses outils et se précipiter chez eux.
Je ne sais pas ce qu’il s’est dit entre Alain et les gendarmes, mais une chose est sûre : Alain a bien compris qu’il se trame quelque chose, et les Lemoine sont maintenant au courant.

Toute cette histoire m’épuise… Tout prend un temps fou, les gens sont de mauvaise foi, et à avoir voulu faire les choses « proprement » (entendre par là que j’ai laissé du temps, tenté de discuter, re-laissé du temps,etc…), je me retrouve (en plus des chiens) en conflit direct avec mes voisins, chose que j’ai toujours tenté d’éviter ! Alors la prochaine fois (si prochaine fois il y a), bah je ferai moins dans la dentelle, et faudra pas s’étonner que les gens deviennent de plus en plus c*ns.

Il faut bien se rendre compte que les services de gendarmerie et les tribunaux ont d’autres choses bien plus importantes et urgentes à gérer qu’un problème de chiens. Et moi aussi d’ailleurs. Mais voilà : la fierté, l’égo, la bêtise, la détermination de certain(e)s (et je me compte dedans) font que les choses s’enveniment, et encombrent maintenant les services de l’ordre. Je trouve cela tout à fait inadmissible. L’individualisme des gens m’écœure, et m’écœure encore plus quand on se remémore que Mme Van Weydevelt à prétendu à la place de Maire… Sans d*conner…🙄 😣

Je tiens aussi à noter un constat intéressant. Nous avons à faire principalement à 2 propriétaires de chiens gênants. Voici leurs points de vue, qui nous ont été évoqués à plusieurs reprises :

  • Van Weydevelt : « Ici, c’est la campagne, y’a des chiens qui aboient, c’est comme ça. Et si ça te va pas, t’as qu’à déménager et retourner en ville. »
  • Lemoine : « Si vivre en ville (référence à la proximité des habitations) vous va pas, vous n’avez qu’à partir à la campagne. »

Voilà voilà… 🤨 🙄 On fait quoi alors, un prend un ticket pour la lune ?
Remarquez, on y serait tranquilles, et vous seriez débarrassés de « ceux qui ne supportent pas le bruit »… Seulement, nous ne sommes pas les seuls gênés. Et tant que le problème ne sera pas réglé, vous serez constamment entourés de personnes qui se plaindront de ces nuisances.
Il va falloir vous faire à l’évidence : le problème n’est pas l’intolérances des autres…

Ah, j’allais oublier !
Info de la semaine : Noisette est partie !!!🤗  Ses maîtres ont déménagé le week-end dernier, il n’y a plus qu’à souhaiter que les nouveaux locataires n’auront pas de chien, ou alors un chien bien dressé…
03 octobre 2020 : il semblerait que les nouveaux locataires (un jeune couple) aient un jeune chien. Souhaitons qu’ils le dressent correctement…

Les nuits se suivent et se ressemblent…
La vidéo ci-contre en témoigne…

Au moment où j’écris ces lignes, le chien d’en face, celui de Mireille & Alain Van Weydevelt, est seul depuis plusieurs jours. Il aboie/hurle d’ennui de manière totalement aléatoire.

J’ai de la peine pour lui. Yago, t’es pas tombé dans la bonne famille… 😔 😞

A suivre...

18/11/2020

  • 5 premières minutes très parlantes : les chiens des Lemoine, depuis leur garage…
  • Ensuite c’est Yago qui enchaine, chien des Van Weydevelt  avec un beau festival de 7 à 8 min.
  • 15 à 19 minutes : Yago pète les plombs
  • 19 à 24 minutes : on repart chez les Lemoine et notre nuit va être très compliquée…
  • 24 minutes : Yago s’emmerde et aboie/hurle a la mort.

IL FAUT QUE CA CESSE,
NOS NERFS SONT EN TRAIN DE LACHER !!!

Cet article a 11 commentaires

  1. Guillaume

    Tous les commentaires seront modérés avant publication.

    Merci de votre compréhension !

  2. Geneviève CLOCHARD

    le bruit fait partie aujourd’hui des « pollutions », des nuisances les plus néfastes car nombreuses… Il y en a qui sont inévitables (quoique …) et il y en a qui pourraient être amoindries, minimisées voire même supprimées. Un chien se dresse, un chien se conforme à l’attitude de son propriétaire, un chien ne doit en aucun cas imposer son mal-être par des aboiements intempestifs… car on ne peut pas dire qu’un tel chien qui aboie des heures durant soit heureux ! Non seulement il subit sa vie mais il fait subir à tout un voisinage une atteinte morale, une fatigue psychologique et physique (bravo les heures sans sommeil…) et un ras-le-bol que l’on comprend fort bien au vu des vidéos !
    Alors qu’attend le propriétaire de ce chien pour faire en sorte… qu’il soit heureux ! Ce serait peut-être le début du bonheur pour…. tous !

  3. Julien PASCAL et Aurore BASTIEN

    Nous sommes les voisins de l’auteur de cette page, ainsi que les voisins des propriétaires du fameux chien…
    Nous sommes arrivés dans ce lotissement en avril 2019, heureux d’habiter dans notre nouvelle maison et dans ce quartier qui paraissait fort agréable à vivre. Mais nous avons vite déchanté en découvrant un voisin canin bruyant : il aboie toute la journée (de 7h45 à 22h minimum) et parfois va même jusqu’à « hurler à la mort » tel un loup. Il est dehors quel que soit le temps. Mais en parallèle nous avons découvert que ce chien semble « abandonné » : aucune promenade, aucun geste affectif, aucun jeu… et encore mieux, celui-ci reste seul pendant des jours, des semaines entières car ses maîtres partent en vacances sans lui et le laissent seul dehors. Comme le dit si bien madame Geneviève CLOCHARD dans son commentaire, ce chien ne semble pas du tout heureux. Après avoir essayé plusieurs fois de communiquer avec ses propriétaires mais en vain, et ne supportant plus ces nuisances néfastes (car jouant sur notre santé physique et morale !) nous avons carrément décidé de déménager… Nous pensions rester dans cette agréable maison pendant plusieurs années, au final on s’en va au bout de 11 mois avec un goût très amer. Nos nerfs ne peuvent malheureusement tenir plus longtemps… Même si nous partons, nous espérons qu’une solution sera rapidement trouvée et que ce quartier pourra retrouver son calme !!!!

  4. Marie Pierre

    Affligeant, consternant, difficilement supportable… je ne peux que compatir.

    J’espère pour vous que vous obtiendrez gain de cause et retrouverez la tranquillité !

    Bon courage !

    1. Guillaume

      Merci de votre soutien, nous espérons que cette histoire prendra une tournure positive pour nous, et servira qui sait d’exemple à tous les autres cas similaires encore (trop) souvent relatés…

      Bien cordialement,

      .Guillaume.

  5. Morgan Dupont et Léa Mirc

    Nous avons emménagé courant Mai 2020 dans ce joli petit quartier, quittant notre ancienne situation d’un centre-ville bruyant. Lors de la signature du bail, le propriétaire a été très transparent avec nous, en nous évoquant qu’il y avait quelques problèmes de voisinage liés aux aboiements d’un ou plusieurs chiens. Avec ma compagne, nous ne nous sommes pas spécialement inquiétés de ce détail car ayant grandi avec des chiens, nous pensions être habitués aux aboiements ponctuels que peuvent avoir nos animaux de compagnie.
    Fort de constater, très rapidement, que nous nous trompions. Effectivement, le chien en question aboie TOUS LES JOURS et ce, à n’importe quelle heure de la journée, voire nuit. Pour ma part (Morgan), travaillant des journées de 8H à 20H, il m’arrive très régulièrement d’entendre le chien avant et après cette journée de travail. Vous comprendrez bien qu’il peut être pesant de devoir subir ce genre de désagréments au quotidien. Il est également important de préciser que ces aboiements interviennent aussi lors de mes jours de repos (mardi et dimanche) me réveillant aux aurores.
    La chose la plus consternante, que nous avons remarquée, est l’absence de réaction du propriétaire (qu’il soit dans sa maison ou dans son jardin juste à côté du chien) lorsque celui-ci aboie pendant 5 ou 10 min. Aucune autorité, aucune éducation, aucune considération pour le voisinage. Pourtant, il nous semble qu’une vie de quartier est régie par des règles de bienséance, ce qui n’est pas le cas ici.
    Cependant, nous pouvons rajouter à ce constat que le chien est pourtant loin d’être méchant, bien au contraire. Il est gentil et cherche juste de l’affection, interaction auprès de son environnement. Comme évoqué dans un commentaire précédent, nous avons remarqué que l’été le chien était laissé à l’abandon par ses propriétaires pendant plusieurs semaines (entre 4 et 8 semaines). Nous supposons que le chien ce sent juste seul ou abandonné par ses maîtres.
    Pour terminer, si nous sommes capables d’apporter autant de détails à ce sujet en 6 mois de vie dans cette résidence, nous n’osons pas imaginer l’ampleur du calvaire vécu par nous voisins depuis plusieurs années.
    Nous espérons que la situation s’arrangera afin que chacun puisse retrouver un cadre de vie paisible dans ce joli petit quartier.

    1. Guillaume

      Vous faites malheureusement le même constat que nous et que tous nos (anciens) voisins.

      Votre témoignage se rajoute à ceux apposés ici, mais aussi à ceux évoqués à la gendarmerie quand celle-ci a appelé d’autres voisins pour recueillir leurs points de vue.
      J’espère retrouver prochainement une vie sereine, à laquelle nous avons tous droit, sans être parasités par ces personnes dont le comportement toxique semble les contenter et les placer au dessus des lois…
      Je dois contacter à nouveau la gendarmerie demain (23 nov 2020) car quand j’ai appelé il y a quelques jours, ils n’y avait personne pour me renseigner…

      Bien entendu, je vous tiendrai au courant de la suite des démarches qui ont été entamées.

      Merci d’avoir pris le temps de témoigner, c’est une pierre de plus à notre édifice !

      A bientôt

  6. Pascal Jacqueline

    C’est vraiment désolant de prendre des animaux pour ne pas s’en occuper..
    Partir en vacance en laissant un chien seul dans son jardin des journées entières !!
    Donc le chien n’est pas responsable mais plutôt les maîtres qui eux sont irresponsables
    Nos enfants ont été contraints de déménager en raison de leur comportement !!

    1. Guillaume

      Bonsoir Mme Pascal,

      Votre témoignage est tout a fait pertinent dans le sens où le chien est lui aussi victime du comportement désastreux de ses maîtres.
      Il s’agit là de maltraitance, que de laisser son animal seul pendant de telles durées. Rien d’étonnant si celui-ci « pête les plombs » dès que ses maîtres prennent leur voiture, le temps d’une course… Ou que celui-ci hurle d’ennui sous nos fenêtres pendant que ses maîtres se dorent la pilule pendant leurs vacances…

      Et même si nos nouveaux voisins sont très sympathiques, nous sommes désolés de ne plus avoir Aurore et Julien comme voisins… Heureusement, ils ne sont pas partis trop loin et pouvons continuer de les voir assez facilement !

      Souhaitons que l’épilogue de cette histoire arrive vite, que nous puissions tous passer à autre chose…

  7. Marie-Jeanne et René BASTIEN

    Lorsque nous rendions visite à notre fille Aurore BASTIEN et son compagnon Julien PASCAL à La Feuillade, nous restions souvent une semaine car nous habitons dans l’est de la France. Nous avons à chaque fois subi les nuisances causées par les aboiements intempestifs du chien de leurs voisins d’en face, du matin au soir sans que les maîtres ne bougent pour le faire taire.
    Une fois, nous avons constaté l’absence des voisins pendant 2 ou 3 jours. Leur chien était seul, il hurlait à la mort au milieu de la pelouse entraînant de ce fait les aboiements d’autres chiens du quartier. Une personne venait le matin et le soir probablement pour le nourrir.
    Le comble dans cette affaire c’est que la propriétaire, directrice de l’école de la commune, s’est présentée aux élections municipales prônant dans son tract « le bien vivre ensemble, l’esprit citoyen, le respect des Autres »… ??
    Ces nuisances sonores ont conduit notre fille et son compagnon à quitter la maison au bout de moins d’un an.

    1. Guillaume

      Bonsoir Mme et M. Bastien,

      C’est encore un témoignage plein de justesse qui est apposé ici grâce à vous.
      Vous avez entièrement raison de souligner le côté politique de cette histoire…
      « Faites ce que je dis, surtout pas ce que je fais » doit être leur devise. En tout cas, nous pouvons constater qu’ils s’efforcent à ne pas donner l’exemple, ils y mettent une grande énergie d’ailleurs ! A croire que c’est même leur moyen d’asseoir leur « autorité » autoproclamée qui tient plus de l’intimidation, pour maintenir un semblant de main mise sur quelque chose qui s’émiette… Leur égo sur-dimensionné n’impressionne plus grand monde, mais nous devons encore patienter jusqu’à ce que la justice finisse par le leur expliquer… en espérant que ça rentre par une oreille sans ressortir par l’autre…

      Je sais que vous avez fait régulièrement les frais du comportement de ce chien, j’espère pouvoir vous dire prochainement que ses maîtres auront été rappelés à l’ordre !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.