Lampe de poche ancienne – 1930

En utilisant diverses technologies, allant de l'impression 3d au tournage de métaux, je restaure entièrement cette vieille lampe de poche.

Contexte...

Je vous ai déjà parlé de mon frère et ma belle-sœur ? 😉
Eh bien devinez quoi ? Ils m’ont sollicité à nouveau pour un projet très différent cette fois-ci ! 😁

Sensibles aux objets anciens qui ont une histoire, une esthétique, et soucieux de leur donner une nouvelle vie, ils arpentent régulièrement brocantes et vide-greniers.

Parfois, au détour d’une allée, dans un recoin ou sous une pile de vieux trucs poussiéreux sans intérêt se terre le petit objet auquel personne ne fait attention… Cette fois-ci, une petite lampe en tôle attire leur attention…

Cette « lampe loupe », très courante au début du siècle dernier, ne se trouve plus beaucoup, du moins pas en état de fonctionner.
Pour une poignée d’euros, mon frère a acheté celle-ci en l’état, non fonctionnelle.

Sa demande est simple : faire fonctionner à nouveau cette lampe, et voici le cahier des charges :

  • Utiliser une LED (faible consommation)
  • La lumière générée devra ressembler à celle d’une ampoule à filament (blanc chaud)
  • Conserver le bouton d’origine
  • Avoir une bonne autonomie et être rechargeable
  • Utiliser de la récup’ autant que possible

Modélisation 3D et impression

Modélisation grossière de la lampe pour agencer tout le contenu. Ici les 2 accus 18650.

La modélisation a pris quelques heures car il a fallu partir de zéro. J’ai modélisé en 3D tous les éléments existants :

  • La lampe
  • les accus 18650
  • le BMS (Battery Management System)
  • le driver
  • la prise de charge

Ensuite, il a fallu que tout rentre, puis générer le support de l’ensemble.

Le support inférieur qui recevra tous les composants et qui sera collé dans la lampe.

La réalisation du support n’a pas été d’une grande complexité, il a surtout fallu choisir le meilleur compromis entre simplicité d’intégration et dissipation thermique.

Tout rentrer, c’est une chose. Mais permettre à l’ensemble de pouvoir respirer en est une autre !

Assemblage, en quelques photos :

Mise en place du BMS 2S
Vis de contact, réglable
Vue de dessus
Ajout de colonnettes avec inserts laiton
Ajout de driver et vis de contact
Lampe presque finie

Quelques données techniques :

Petites, mais costaudes ! 💪💪💪
Ces LEDs de 1W, de température de couleur 3000-3500°K soit un blanc chaud légèrement jaune, sont données pour une consommation de 350mA sous 3.1V.
D’après le datasheet, elles sont capables de fournir aux alentours de 120 lumens.

Une fois tout câblé, je mesure une consommation totale de 220mA, ce qui est en dessous des chiffres annoncés par le fournisseur de LED.

J’alimente l’ensemble avec 2 accus 18650 en série, 2200mA chacun.
Ces accus ont été récupérés dans une ancienne batterie d’ordinateur portable HS. Après tests, il s’avère que leur capacité réelle est proche de la capacité théorique, et leur résistance interne est très basse. 
Le BMS protège les accus contre toute décharge de l’un des 2 accus en dessous de 3V (dangereux) et contre toute surcharge au delà de 4,2V (dangereux aussi).

Le driver de LED s’occupe de fournir un courant maximal de 350mA à la diode, sans quoi elle grillerait instantanément, car une diode se contrôle en courant, pas en tension !

Diode 1W

La lampe est terminée : quand on ouvre son capot arrière, on accède à la prise de recharge, le chargeur (dédié) est externe et fera l’objet d’un autre article.

Avec les données mesurées, on obtient une autonomie théorique de 10 heures, et un temps de recharge d’un peu plus de 2 heures (le chargeur est réglé pour charger les accus à 1Ah).

Le bloc d’alu fait office de radiateur mais faute d’air permettant d’évacuer les calories, je l’ai fait massif pour servir de « tampon calorifique ».

En pratique, il s’avère que la lampe tient environ 11 heures, ce qui est très confortable !

Lampe terminée, vue arrière

C'est fini !!!

Ce projet, très sympa, m’aura permis de me perfectionner avec fusion 360 car d’habitude, je crée des pièces de toutes parts, alors que là je devais partir de l’existant et faire en sorte que tout s’accorde.

Comme souvent, je vous propose une vidéo de la réalisation. Elle retrace en accéléré les différentes phases et termine par un épilogue de mise en situation, ma foi bien sympathique ! Bon ok, je vais pas dire le contraire, si je l’ai fait, c’est que ça me plaît, forcément 🙄😆😁 !

Alors comme d’habitude, avant votre visionnage, je vous invite (si ce n’est déjà fait) à vous inscrire à la News Letter de ce site pour ne rien louper des futures publications, ainsi qu’a vous inscrire à la chaîne youtube. N’hésitez pas non plus à commenter/poser vos questions ci-dessous !

Cet article a 6 commentaires

  1. Nico

    Quand les vieux objets retrouvent une fonction : bravo pour ce chouette projet et les différentes techniques utilisées!

    1. Guillaume

      Merci pour vos compliments, ravi que cet article vous ait plu !

  2. Bruno Amagat

    Bonjour Guillaume, encore un beau recyclage.
    Le réparateur de Repair Café que je suis apprécie.
    Vivement la fin de ce confinement que l’on puisse faire aboutir notre transaction d’oscilloscope.
    Restez chez vous et prenez soin de vous.
    Cordialement.
    Bruno.

    1. Guillaume

      Bonjour Bruno,
      J’essaie toujours de réparer, recycler, détourner… des objets pour leur donner une deuxième vie. C’est non seulement utile, économique, et contribue à remplir un peu moins les déchetteries…
      Vivement effectivement la fin du confinement, pour ce qui est de l’oscillo : il vous attend sagement emballé dans son carton 😉
      A bientôt ! 😀

  3. Le virevoltant

    Elle méritait de vivre quelques années de plus cette lampe, elle a de vieilles histoires a raconter…

    1. Guillaume

      Effectivement, si elle pouvait parler, elle nous en raconterait des choses… 😄

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.